Happy birthday ma Lulu!

Publié le par Tbilissi

Aujourd'hui c'est l'anniversaire de ma meilleure amie.

30 ans... sacré cap!

Et je crois qu'elle n'est pas en train de le passer très sereinement. Pourtant qu'est-ce que je l'admire, ma Lulu... Elle est brillante, intelligente, drôle, douce, attentionnée, talentueuse, compétente... Et surtout, qu'est-ce qu'elle est belle.
A l'aubre de ses 30 ans je trouve qu'elle n'a jamais été aussi belle.

Et d'une manière générale, je trouve que la trentaine, pour une femme, est un très bel âge. Un âge où elle est encore jeune et fraîche, mais a plus confiance en elle, sait davantage se mettre en valeur.

Alors bon-sang pourquoi suis-je en stress permanent par rapport à mon âge? Pourquoi suis-je heureuse quand on me rajeunit? Pourquoi suis-je incapable d'assumer mes 28 ans?

Pourquoi cette peur du temps qui court? Qui file si vite...

Je ne me voyais peut-être pas là à 28 ans. Pour moi, à 28 ans on était grand, vieux, adulte... Quan j'aimaginais mon futur, je me voyais mariée et mère de famille. Ou bien ayant une carrière brillante, un poste à prestige. Je me voyais adulte. Et je me sens toujours petite fille.

Pourtant cette crainte du temps qui passe a toujours été présente. Je me souviens en primaire, je n'aimais pas les gens nés en 1979 (je suis née en 1978). C'est assez difficile de définir pourquoi, mais je les enviais d'avoir une année de moins que moi. Ils me remplaçaient à chaque rentrée, prenaient ma place en CE2 quand je ne m'étais pas encore faite à être en CM1, souvent il prenaient mon maître ou ma maîtresse chérie par la même occasion. Ils étaient dans ce que je connaissais, alors qie moi je me retrouvais dans l'inconnu. Je ne me rendais pas compte qu'il en était de même pour eux. Ils paraissaient si sûrs d'eux, ils me semblaeint avancer dans la vie sans se poser de question. Ils faisaient déjà ma taille, et la pauvre petite crevette que j'étais les enviait d'autant d'insouciance alors que j'étais terrorisée par mon avenir.

Je m'égarre un peu! (beaucoup...)

Je me rends compte qu'il est bien plus facile d'être nostalgique du passé que de profiter du présent. Bien plus simple de se projeter dans l'avenir, ou d'en avoir peur selon l'humeur du moment, que d'apprécier ce que l'on a sur le moment.

Et si aujourd'hui j'étais heureuse d'avoir 28 ans... Ca me semble possible :-)

Publié dans Eléments de réponse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Tout à fait d'accord avec ce que tu as écrit.  J'ai eu 29 ans récemment et franchement, cela me parait presque incroyable tellement le chiffre est éloigné de qui je me sens être. Je me rappelle d'un épisode de Friends où Joey à l'approche de la trentaine levait les bras au ciel et disait "Pourquoi moi mon Dieu? Pourquoi??". Voilà, c'est un peu ce que je dirai en soufflant mes trente bougies. Moi non plus je ne me suis jamais projetée dans le temps. Au lycée, j'étais persuadée que je  ne survivrai pas au bac. Qu'il n'y avait pas de vie possible au delà de 18 ans. J'ai même fait une TS durant mon année de terminale qui était largement causée par mes TCA mais qui a du prendre aussi pied dans ce manque de projection. Bon, j'ai survécu, pas de problème, il y a bien une vie passé 20 ans, et plutôt pas si mal en plus, mais c'est dur d'aller de l'avant. J'adore moi aussi quand on me donne 25, 24. Mais je pense que c'est un flou normal, il y a des changements qui n'ont rien avoir avec les biographies persos des uns et des autres, mais bien des modèles de vie qui sont dépassés sans pour autant que d'autres ne soient complétement mis en place, partagés. Alors oui, il y a des sacrifices de gens qui sont "entre deux". c'est con, c'est tombé sur "nous". :-). C'est pour la bonne cause: à ton insus tu prépares le terrain pour ces petits de 79 (bon, euh, allez de 99 soyons honnêtes) que tu enviais. C'est sympa aussi d'être des précurseurs.... en plus tu es prof, franchement, si c'est pas un signe ça?? Tu amènes sûrement tes élèves à inventer et à créer, de la musique certes, mais peut-être et sans doute d'autres choses quant à leurs façons de se projeter eux, dans le futur.. un futur tout neuf qui leur ressemblerait et où ils trouveraient plus facilement leurs marques et leurs places.
Répondre