Encore manger?

Publié le par Tbilissi

Jean-Louis Servan-Schreiber, édito du "psychologies magazine" du mois d'octobre

Manger n'est peut-être pas le plaisir le plus intense de notre vie, mais c'est bien le plus fréquent. On ne fait pas l'amour trois fois par jour de sa naissance à sa mort. Et quand le coup de rein se fait rare, il reste toujours le coup de fourchette. En se réveillant le matin, nos ancêtres pas si lointains savaient que leur priorité était de se nourrir eux et les leurs. Aujourd'hui, il ne s'agit plus de trouver des victuailes, mais d'y échapper. Elles nous guettent à tous les coins de rues, ou à chaque rencontre. Après le "je pense donc je suis" de Descartes, la pensée philosophique de l'époque devient le "on est foutus, on mange trop" de Souchon.

Et à notre culpabilité de manger trop s'ajoute maintenant celle de manger mal. On finit par se demander si porter une cuillère à sa bouche ne relève pas d'une conduite à risque. Le doute plane : qu'est-ce qui est bénéfique ou nocif, sain ou toxique, bien ou mal? De nécessité alimentaire, manger est devenu un problème moral. On juge l'autre à son comportement à table -"il s'est resservi de la mousse au chocolat..."- ou à son tour de taille. Les gros trouvent difficilement un job.

Pour ma part, j'ai choisi depuis des années de me simplifier la vie en ne mangeant que deux fois par jour. Jamais au déjeuner. J'observe depuis des réactions fortes, entre la suspicion (il n'est pas normal) et l'admiration (c'est héroïque!). L'idée que je me sente simplement mieux comme ça est difficile à faire passer.

Et si c'était une forme d'épicurisme? Chacun de nous peut en effet constater que les 3 ou 4 premières bouchées d'un mets réussi sont délicieuses. Au-delà l'intensité des saveurs s'atténue souvent. Epicure professait que l'excès d'un plaisir pouvait mener à la souffrance. Manger juste nous garde en bonne santé et pourrait me^me faire de nous des philosophes.

Publié dans Articles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
COUCOU MA BELLE<br /> Que de positif dans tes deux derniers posts, c'est avec joie que j'imagine un sourire illuminant ton visage<br /> en plus tu as retrouvé A<br /> bizzzzz
Répondre
E
A chacun son rapport personnel à la nourriture, au plaisir.....Ne pas avoir de comportements dictés par des dogmes, des philosophies, des croyances....Se laisser guider juste par ses propres plaisirs, envies et désirs....certes sans omettre les questions fondamentales de "santé", mais savoir, réapprendre à manger sereinement et surtout sans obsessions qui gâchent tout.....
Répondre
M
hihi, on a les mêmes lectures.<br /> Je les vu cet édito ;)<br /> Bises
Répondre